Hunger Games : la ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

23/06/2020

2 commentaires


Bonjour !

Vous l'avez sans doutes vue passer absolument partout, le roman La ballade du serpent et de l'oiseau est sorti. Il s'agit d'un préquel de la trilogie Hunger Games. Quand j'ai vu l'annonce de l'autrice, je ne pouvais qu'être ravie. Hunger Games c'est l'un des livres qui a lancé ma passion pour la lecture. Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce préquel.

Genre : Science-fiction, dystopie

Pages : 604

Éditions : PKJ

Année de publication : 2020

Normalement, je devais me le procurer plus tard, mais j'ai gagné le concours de @redandbooks sur Instagram (je n'en revenais pas, encore merci à elle). Dès que j'ai achevé le tome 3 de Miss Peregrine et les enfants particuliers, je me suis lancée sans hésiter dans cette nouvelle histoire.

La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur se déroule plusieurs années avant le premier tome de la saga principale. On y retrouve Coriolanus Snow (oui, le futur président de Panem) alors âgé de 18 ans. La guerre a pris fin il y a 10 ans, tuant son père et sa mère. Il vit avec Grand M'dame, sa grand-mère et sa cousine Tigris (que l'on connaît déjà). La 10ème édition des Hunger Games va bientôt avoir lieu, et cette année il y aura une nouveauté, les tributs auront chacun un mentor parmi des élèves de l'Académie du Capitole. Coriolanus en fait évidemment partie, et il se verra confier une fille du district 12.

Globalement, j'ai apprécié beaucoup de choses dans cette histoire. Néanmoins, j'ai rencontré pas mal de longueur, on suit les divagations de Coriolanus, et elles sont parfois répétitives et je n'en ai pas vraiment vu l'intérêt. J'ai trouvé, également, qu'une partie de l'intrigue à la fin du roman se résout un peu trop rapidement.

Bien qu'il y ait des défauts, comme je vous l'ai dit, j'ai apprécié globalement le roman. Coriolanus, sans surprise, n'est pas un personnage que j'apprécie. C'est un pur produit du Capitole qui se croit supérieur aux personnes vivant dans les districts. Ce que j'ai aimé dans la construction du roman, c'est qu'il développe un combat intérieur. On ne naît pas mauvais, mais on peut le devenir progressivement, et c'est clairement ce qui arrive à Coriolanus. Dans le roman, on aperçoit une part de bon en lui, mais qui ne compense le fait qu'il soit égoïste et hypocrite. Je me suis doutée de la fin, et pas seulement parce que je sais qu'il devient le Président Snow, je l'ai trouvé logique, on n'attendait pas autre chose du personnage.

Ce qui m'a également plu, c'est voir l'évolution des Hunger Games. Dans le préquel, ils n'ont pas le même impact qu'au moment où Katniss participe. Premièrement, le Capitole n'est pas aussi réjoui par événement, et deuxièmement, ce n'était pas encore un véritable spectacle. Avec l'arrivée des mentors, et leurs idées, les Hunger Games tendent à ressembler à ceux que l'on connaît dans la trilogie.

Je suis contente d'avoir pu retrouver le monde de la saga. J'ai trouvé que c'est un bon complément aux trois autres livres. Je pense, par contre, qu'il faut le découvrir après la trilogie. À mon avis, il est surtout destinée aux fans de l'histoire principale.

Mots clefs :

Dystopie - Ambition - Préquel - Adolescent

C'est tout pour cet article.
A très bientôt,
Imane.

2 commentaires:

  1. Oh, tu as de la chance de l'avoir gagné! :D J'aimerais vraiment bien le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui ! Je n'arrivais pas à y crois haha ^^ ! J'espère qu'il te plaira :)

      Supprimer