La princesse de Clèves de Madame de la Fayette

9 février 2018

2 Petits mots

Quatrième de couverture : 

La brillante cour d'Henri II voit se nouer la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion coupable et cachée, qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dérobé, la couleur d'un vêtement pendant un tournoi, la soudain émotion d'un visage. Passion dévorant et tragique aussi...


La princesse de Clèves est un classique de la littérature française. L’histoire se déroule durant le règne de Henri II, Roi de France au XVIe siècle. On va ainsi suivre l’intrigue de sa cour. L’auteure se focalise principalement sur Mme de Clèves qui marié à M de Clèves, tombe amoureuse du duc de Nemours. Mme de La Fayette s'applique à décrire les dangers de l'amour à l'aide de ses personnages. 

Mme de Clèves est une femme très vertueuse et elle le doit sans aucun doute à son éducation. Elle incarne parfaitement la fidélité. Malgré la passion qui l’anime pour M. de Nemours, elle résiste est reste fidèle à son mari. Malgré cela, j'ai l'impression que son caractère est un peu trop dans l’excès vis à vis de sa vertu, ce qui l'emmène à prendre des décisions improbable. Ensuite, nous avons M. de Clèves, on ne peut qu’avoir de la pitié pour lui, même si sa décision d’épouser une femme qu’il sait pertinemment indifférente était loin d’être une bonne idée (Néanmoins, il faut sans doute prendre en compte le contexte de l'époque). Et pour finir, M. de Nemours est un personnage que j’ai eu du mal à apprécier. Je l’ai trouvé principalement égoïste à tous faire pour conquérir le cœur de Mme de Clèves sachant pertinemment qu'elle est mariée. 

J’ai bien apprécié l’intrigue dans l’ensemble. Je ne m’attendais pas à la tournure qu’a pris l’histoire tellement par moment, elle est peu crédible. Cependant, quelques points mon fait lever les yeux au ciel. Premièrement, Mme de Clèves qui trouve logique d’épouser un homme dont elle n’a aucune inclination, si elle avait attendu un peu plus longtemps, elle aurait rencontré le duc de Nemours et tout et bien qui finis bien (bon évidemment, il n’y aurait pas eu d’histoire).

Ensuite, j’ai quelque peu de mal à croire en l’amour au premier regard, d’autant plus qu’il semble fortement lié à la beauté de Mme de Clèves (ou au charme de M. de Nemours). Si elle n’était pas aussi jolie, est-ce que tous ces prétendants se seraient-ils jeté à ses pieds ?

Néanmoins, malgré tous ces petits défauts, je n’ai pas détesté pour autant ma lecture. Elle nous montre l’une des multitudes facette de l’époque. D’ailleurs, à travers le roman, on découvre également la cour d'Henri II et on se rend compte que Mme de Clèves évolue dans un environnement complètement éloigné de ses principes. Cela témoigne bien des différentes mentalités.

La fin est assez complexe, je pense savoir pourquoi l'auteur a décidé de conclure ainsi son histoire, mais elle n'en reste pas moins frustrantes. 

En bref, un roman qui a su m’étonner par son manque de crédibilité par moments. J’ai apprécié certains points comme j’en ai moins aimé d’autres. Il est certain qu’il s’agit d’un livre à découvrir au moins une fois dans sa vie pour se faire son propre avis. 

EN SAVOIR + 


Édition : Librio 
Collection : Littérature
Prix :  2€
Format : Poche
Moyenne livraddict : 14,1

LIVRADDICT | GOODREADS | BOOKNODE

2 commentaires:

  1. J'avais bien aimé cette lecture malgré le début un peu rebutant avec cette énumération de noms x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, effectivement c'était quelque peu indigeste, il faut en faire abstraction à mon avis ^_^ !

      Supprimer