[Journal #1] Les études et moi

13 décembre 2017

2 Petits mots

Je vous écris aujourd'hui un article très différent de ce que j'ai pu faire jusqu'à maintenant sur le blog. J'ai décidé d'ouvrir une nouvelle catégorie qui me tient particulièrement à cœur. Celle-ci aura pour nom "Journal". Elle me servira à laisser, ici, quelques pensées plus personnelles. Pour ce premier épisode, le titre est assez explicite, j'ai décidé de vous parler étude, plus précisément d'orientation.

Pour que vous comprenez bien toute l'histoire, je dois d'abord vous parler de mes années lycée. À ce moment de ma vie, je ne savais pas quoi faire après le bac. J'ai donc choisi de passer un bac S parce qu'il me permettrait par la suite d'avoir un large choix de formation. J'ai redoublé ma première. Premièrement, par manque de travail. Puis, par la suite par souci de santé (qui se sont réglé ensuite, ne vous inquiétez pas). 

Durant ma seconde première, je me suis en quelque sorte révélé. Mon année a été plus qu'enrichissante. J'avais obtenu de très bonnes notes et je m'étais trouvé un certain talent pour la svt (17 de moyenne à l'année, j'en étais très fière). Je me suis donc orienté en toute logique vers une Terminale S spécialité SVT. Je ne sais pas trop à quel moment cette idée met venu à l'esprit mais lorsque l'on m'a demandé ce que je voulais faire après le bac, je n'ai pas hésité en affirmant vouloir entrer en faculté de médecine. Ma Terminale scientifique c'est très bien passé. J'ai adoré mes professeurs. Le programme d'svt était vraiment très intéressant. J'ai eu mon bac avec la mention assez-bien et j'ai étais accepté dans la fac que je voulais. Tout c'était passé comme je l'avais prévu. Je suis partie en vacances et j'en ai vraiment profité. J'ai lu, regarder des séries et profiter de ma famille.
 
À deux semaines de la rentrée, je me suis déplacée à la fac pour pouvoir suivre des cours de pré-rentrée, mis en place par des étudiants des années supérieurs. Je ne suis partie qu'à un cours préférant ensuite travailler les cours chez moi puisqu'ils les poster sur un drive. Ensuite, la première semaine sur les bancs de la fac arrive. J'ai très rapidement compris que je m'étais complètement trompé de filière...

Suite à cette malheureuse découverte, j'étais perdue. Que devais-je faire maintenant ? Est-ce que la fac était faite pour moi ? Dois-je plutôt opter pour un cursus plus encadrer ? Le travaille me fait-il peur ? Toutes les questions que je me suis posée n'ont fait qu’aggraver finalement mon état émotionnel. Je ne dormais plus très bien. J'ai pleuré... beaucoup. Une étape assez dure à surmonter. En y repensant, je me dis que finalement, tous le stresse que j'ai ressentie avant mon entrée en médecine était peut-être causé par le doute plus que par la peur de l'échec. J'étais en plein dénie.

Puisque à chaque problème, une solution existe, j'ai réussi à trouver une échappatoire (Merci maman au passage pour ton aide !). Quel était mon problème majeur avec la médecine ? Qu'est-ce qui ne me plaisait pas ? La réponse était tellement évidente que j'ai légèrement envie de me donner des claques au moment où je vous parle. C'était très simple, je m’éloignai beaucoup trop de ce que j'aimais : la lecture, l'écriture... Et la licence de lettres existe, c'est donc tout naturellement qu'ont débuté mes recherches pour en savoir plus sur cette filière. Après deux entretiens avec la conseillère d'orientation, le visionnage d'une vidéo présentatrice de la licence et la lecture du programme proposé par ma fac. J'ai confirmé mon souhait d'entrer dans cette filière.
 
Maintenant, avec du recule. Je comprends que mon plus gros problème a été ma timidité et mon côté têtue et introverti. Je n'ai jamais osé aller voir une conseillère d'orientation au lycée, ce qui aurait pu éviter mon mauvais choix. De plus, je n'écoutais pas vraiment ma mère à ce sujet. Serte nos parents ne doivent pas choisir à notre place, mais c'est idiot de ne pas les écouter avec attention. J'ai également cru finalement que mon bac S me condamné à poursuivre dans la science alors que paradoxalement j'ai choisi cette filière parce qu'elle ouvrait le plus de portes. 

Aujourd'hui, je préfère me dire que les choses n’arrivent pas par hasard. Je devais peut-être faire ce mauvais choix pour grandir et apprendre à mieux me connaître moi-même. Malgré le stresse d'avoir quelque difficulté en analyses littéraires. Je rêve de suivre des cours qui me passionne et d'élargir mes horizons littéraires. Maintenant, en attendant de recevoir une réponse de ma fac, je continue à vivre. Je prends du temps pour lire. À l'heure où je vous parle, j'ai terminé l'Iliade d'Homère. Bouquin de 552 pages qui m'a donné pas mal de fil à retordre, mais vous savez quoi? Je suis ravi de l'avoir lu malgré le temps fou que ça m'a pris.

Merci d'avoir pris le temps de lire ces lignes. Finalement, je confirme le pouvoir de l'écriture via cet article, parce que le simple fait d'avoir  mis des mots sur toute cette histoire m'a faits un bien fou.
à très bientôt,
gros bisou,
Imane. 

2 commentaires:

  1. J'espère que la fac de lettres te plaira, bon courage en tout cas !! Ce n'est pas évident de trouver sa voix, je suis toujours en pleine rechercher et... C'est dur...
    Plein de bonnes lectures à venir alors, je te souhaite le meilleur et que tes études te plaisent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour se jolie message :)! Je te le souhaite également de tout cœur mon cœur, si tu as envie de parler de ça ou juste de te changer les idées n'hésite pas à venir me parler sur Twitter.

      Supprimer